Beate Ushe et le premier sex-shop
Libertines > Beate Ushe et le premier sex-shop

Beate Ushe, la libertine qui a créé le tout premier sex-shop

Beate Ushe: ce nom ne vous dit peut-être rien, et pourtant c’est cette femme qui est à l’origine d’un des endroits préférés du milieu libertin: les sex-shops. Nous allons vous raconter l’histoire de cette création, et comment une libertine a révolutionner nos moeurs.

Ses débuts

Née en 1919, l’allemande Beate Ushe est devenue célèbre après la deuxième guerre mondiale. A la fin des années 1940, c’était une référence en matière de sexualité, hygiène sexuelle, contraception et érotisme, en donnant de simples conseils aux femmes qui l’entouraient. Si bien qu’elle écrivit une brochure expliquant comment ne pas tomber enceinte. Ces conseils sont devenus un véritable business et les femmes lui écrivaient régulièrement pour avoir ses lumières.

Le contexte

Après la première guerre mondiale, l’Europe Occidentale connaît une culture où la sexualité est un sujet tabou. Le rôle de la femme est réduit à s’occuper de la maison et des enfants, servir leur mari, sans avoir beaucoup de libertés. Le simple fait qu’une femme ait une carrière faisait d’elle une personne libertine. C’est pourquoi Beate Ushe était à elle seule un scandale, avec son personnage et toutes les idées qu’elle amenait.

Le premier sex-shop

En 1962, soit 20 ans après avoir commencé son business, Beate Ushe ouvre la toute première boutique dédiée à “l’hygiène du couple”, autrement dit: un sex-shop. On pouvait alors y trouver toutes sortes d’accessoires, de guides, et de contraceptifs pouvant aider les couples à vivre pleinement leur sexualité.

Mais les réactions ont tout de suite été violentes: plaintes, agression, vandalisme, sabotage, personne ne voulait de cette boutique et on lui faisait savoir. D’après la police, les habitants craignaient que ces produits ne servent à « exacerber et satisfaire la sensualité de manière contraire à la nature, à l’ordre et aux bonnes mœurs ». Jusqu’en 1992, plus de 2000 plaintes ont été enregistrées.

Malgré ces réactions, Beate Ushe n’a jamais baissé les bras et a continué à se battre pour sa boutique et ses idées. Aujourd’hui encore, son entreprise est pionnière sur le marché, toujours en avance sur son temps, prônant les idées libertines. En 1996, elle va même encore plus loin en ouvrant un musée de l’art érotique.

Inscription gratuite
Libertines > Beate Ushe et le premier sex-shop
Copyright Libertines © Toute reproduction même partielle est strictement interdite - CGU